© Gregory Cassiau
Les cascades et le Cirque de St Même

La faune et la flore

Le Cirque de St Même est une porte d’entrée de la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse et sur place, on observe déjà de nombreuses espèces de faune et de flore dont certaines très curieuses ou emblématiques. En voici un petit aperçu :

La faune du Cirque

Le cincle plongeur

Petit oiseau trapu et rondelet qui plébiscite les torrents de montagne, il se distingue aussi par sa manière de se comporter : il est capable de plonger, de nager, et même de marcher sur l’eau ! Vous pourrez l’observer le long du Guiers (la rivière qui traverse le Cirque) : une petite boule marron avec un éclat blanc qui vole en rasant l’eau pour se percher sur un rocher un peu plus loin ? C’est lui !

Le renard

Quand le Cirque retrouve sa quiétude originelle à la tombée de la nuit, le renard sort de son terrier et reprend possession des lieux. Vif et espiègle, il attrape les petits rongeurs et grignotera certainement également les miettes des sandwichs dégustés à midi par les visiteurs.

L’aigle royal

Un couple d’aigle niche dans les falaises du Cirque de St Même. Vous pourrez peut-être l’observer si vous vous équipez de jumelles. Sensible à la présence humaine, il est protégé et certaines activités sont interdites à proximité de ses aires de reproduction.

La chouette chevechette

Cette adorable chouette est l’une des plus petites au monde (environ 15 cm de hauteur). Contrairement à ses congénères, cette chouette là vit plutôt le jour. Elle consomme de petits oiseaux qu’elle chasse en vol.

La flore du cirque

Le Lys Martagon

Cette haute fleur qui peut mesurer jusqu’à 1 m est emblématique des Alpes. Elle fleurit en juin/ juillet, sur les pentes boisées et fraîches du Cirque de St Même. A noter, ce lys (lis) est une espèce protégée, il est donc formellement interdit de le cueillir (seulement avec les yeux 😊).

Le Sabot de Vénus

Autre fleur emblématique des Alpes, qui pousse au Cirque de St Même : Le Sabot de Vénus. Plus grande orchidée d’Europe, elle est reconnaissable grâce à son « sabot » jaune et ses « pétales » marrons. Là aussi, c’est une espèce protégée dont la cueillette est interdite.

La Dryas octopetala

Un nom scientifique qui signifie « dryade à huit pétales » et que l’on appelle plus communément le « Thé des Alpes ». Sa particularité ? Elle aime pousser au pied des cascades. Celles du Cirque de St Même en particulier !