Patous Pravouta ChartreusePatous Pravouta Chartreuse
©Patous Pravouta Chartreuse|https://www.lheurettephotography.fr/
Patous et chiens de protection : nos conseils aux randonneurs

Patous et chiens de protection : nos conseils aux randonneurs

Si vous arpentez les sentiers de randonnée en alpage, vous avez certainement déjà croisé un troupeau accompagné d’un ou plusieurs patou ou autre chien de protection. Pourquoi leur présence est-elle nécessaire ?  Comment se comporter face à eux ? Vous trouverez toutes les réponses (ou presque) ci-dessous.

Publié le 4 août 2022

Qu’est-ce qu’un patou ?

Patou (ou Montagne des Pyrénnées), berger d’Anatolie, ou encore berger des Abbruzes sont les trois races de chiens de protection présentes en France et en Chartreuse.

Ses particularités ?

  • Etre né en bergerie et avoir le troupeau pour famille avec qui il passe sa vie.
  • Etre corpulent et doté d’un aboiement puissant et impressionnant !

Son rôle ?

  • Veiller sur son troupeau : le chien crée un périmètre de protection autour du troupeau et guette sans relâche toute intrusion potentielle.
  • Un appui précieux à l’éleveur et au berger qui l’éduque. Un chien de protection correctement socialisé à l’homme ne devrait pas se montrer agressif envers un randonneur qui ne dérange pas le troupeau et respecte le comportement à avoir face à lui.

Ses atouts ?

  • La dissuasion !  Il sait tenir à distance tous ceux qui s’aventurent sur son territoire (chien, loup, promeneur…). Il n’est pas dressé pour attaquer mais si l’intrusion se confirme, son alerte pourra passer à l’affrontement.
  • Son autonomie : que le berger soit présent ou non, le chien veille sur son troupeau, jour et nuit.

Photo : Baptiste Lheurette – www.lheurettephotography.fr/

Pourquoi peut-on rencontrer des Patous ou chiens de protection en Chartreuse ?

Depuis quelques années, on observe le retour du loup dans le Parc naturel régional de Chartreuse. Qui dit « loup », dit « menace sur les troupeaux ». Les éleveurs ont trois options pour réduire les risques d’attaque : « parquer » leurs bêtes avec des clôtures électrifiées, employer un berger, utiliser (en les éduquant) des chiens de protection. Selon les contextes, les éleveurs doivent opter pour au moins deux de ces options, condition pour être indemnisé en cas d’attaque ou de prédation.

En savoir plus sur le retour du loup en Chartreuse

Photos : Baptiste Lheurette – www.lheurettephotography.fr / JB Strobel

Quelle est la différence entre chien de conduite et chien de protection ?

Le berger travaille avec deux types de chiens, dont le rôle est bien défini et complémentaire : le chien de conduite et le chien de protection.

  • Le chien de conduite va rassembler le troupeau et le faire se déplacer lorsque cela est nécessaire.
  • Quant au chien de protection, comme son nom l’indique, il va protéger le troupeau de ceux qu’ils considèrent comme « intrus » : les prédateurs comme le loup par exemple mais aussi les chiens qui divaguent.

Quand j’approche d’un troupeau, que perçoit le chien ?

Tout comme le loup, le patou a l’odorat et l’ouïe très développés. Il sera ainsi capable de déceler la présence d’un « intru » (prédateur ou simple randonneur) à plusieurs centaines de mètres du troupeau qu’il protège. Il va d’abord aboyer pour donner l’alerte (avertir les autres chiens, le troupeau et le berger) Sa mauvaise vue le contraindra à se rapprocher de cet « intru » à quelques mètres (6 m environ) en se montrant impressionnant pour le dissuader d’aller plus loin (en courant et en aboyant). Puis il va observer la réaction de l’intru pour voir s’il représente une menace et réagir en conséquence.

Dans le cas où « cet intru » c’est vous, pas de panique 😉! Suivez nos conseils.

Photos : Baptiste Lheurette – www.lheurettephotography.fr

Quel comportement adopter à l’approche d’un troupeau ?

  1. Lorsque cela est possible, contournez le troupeau (plus vous serez loin, mieux ce sera)
  2. Signalez-vous auprès du chien en lui parlant calmement, ainsi vous ne le prendrez pas par surprise pendant sa sieste (il a surveillé le troupeau toute la nuit, la journée est pour lui synonyme de repos).
  3. Il s’approche de vous. Souvenez-vous, il a une mauvaise vue, il doit s’approcher pour voir à qui il a à faire :
    > Arrêtez-vous et faites-lui face.
    >Ne le fixez pas dans les yeux et parlez-lui calmement.
    > Mettez un objet entre vous et lui (un chapeau, une veste, un sac à dos…)
  4. S’il aboie, pas d’inquiétude, c’est un comportement normal : le patou a été éduqué et sélectionné pour donner l’alerte. Il fait simplement son travail.
  5. Quand il est calmé, poursuivez votre chemin tranquillement.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons cette (très bonne) vidéo avec Jean-Marc Landry, éthologue, spécialiste des chiens de protection des troupeaux. En 4 min, il vous explique avec des exemples concrets le comportement à adopter et pourquoi ces chiens sont si exceptionnels :

Titre de la vidéo manquant
Légende de la vidéo manquante

Malgré tous les conseils et informations diffusés (ici et ailleurs), nous savons qu’une rencontre avec ces chiens peut être impressionnante et parfois, malheureusement, mal se passer.

Vous avez été en contact avec un chien de protection ? Votre expérience a été bonne / mauvaise ? N’hésitez pas à témoigner via l’outil déployé sur les Alpes françaises :

Je témoigne de mon expérience

En Chartreuse, où se trouvent les chiens de protection ?

Au cours de la saison, les troupeaux bougent sur l’alpage. Sur un même itinéraire vous pourrez croiser un troupeau un jour et ne pas l’apercevoir deux jours après ! Pour autant, voici quelques outils à disposition pour anticiper vos sorties :

  • Chacun de nos topos de randonnée donne une information sur la présence – ou non – de chiens de protection.
  • L’application Isère Outdoor du Département de l’Isère identifie les zones et périodes pastorales (où les troupeaux sont en alpage) et la présence ou non de chiens de protection. Rendez-vous sur Isère Outdoor
  • Sur place : une signalétique indique si vous entrez dans une zone pastorale et i elle est dotée de chien de protection

Qu’en est-il des chiens de randonneurs ?

En Chartreuse, lorsque les troupeaux sont dans les alpages, des arrêtés municipaux interdisent l’accès aux chiens (sauf pour les chiens de conduite et les chiens de protection, pour les raisons que vous avez pu lire plus haut). Ces arrêtés courent de mi-juin à mi-octobre, chaque année.

Retrouvez la règlementation complète sur la randonnée avec un chien 
Alpages à partager : les bonnes pratiques en alpages

Photo : J. Prodhomme

Vous aimerez aussi