© Augier Sabot Venus Hd
Le top 4 des fleurs de printemps

Le top 4 des fleurs de printemps en Chartreuse

Fleurs, plantes, oiseaux, mammifères, petites bêtes. En ouvrant l’œil, les espèces que l’on peut découvrir au cours de balades ou de randonnées sont nombreuses. Nous avons choisi de vous présenter ici 4 fleurs de printemps que vous pourrez observer au détour d’un chemin. Vous pensez peut-être déjà les connaitre, mais est-ce réellement le cas ?

Le Sabot de Vénus

Si elle est l’une des 56 orchidées qui poussent en Chartreuse, elle en est la plus emblématique. Cette fleur rare en France et protégée (cueillette interdite) se reconnait facilement par ses couleurs et sa forme qui interpelle : un sabot doré dans lequel les insectes y trouvent refuge.

L’origine de cette fleur s’explique par une légende de la mythologie romaine : Un jour, surprise par un berger, Vénus, déesse de l’amour, s’enfuit en toute hâte pour lui échapper. Dans sa fuite, elle abandonna un de ses sabots d’or. Le berger, voulut le ramasser, mais il disparut comme par magie. Une drôle de fleur poussa à sa place, une orchidée, qui fut alors baptisée le sabot de Vénus.

Une drôle de fleur poussa à sa place, une orchidée, qui fut alors baptisée le sabot de Vénus.

La jonquille sauvage

A la fin de l’hiver, la jonquille sauvage (aussi appelée Narcisse des bois) fleurit et colore les prairies de Chartreuse. A certains endroits, nous pouvons en voir beaucoup mais il ne faut pas s’y fier : son espace naturel se réduit d’années en années et elle est de moins en moins présente. Pour ces raisons, elle est classée comme « espèce protégée » et sa cueillette est règlementée.

15 brins par personne, vous ne pourrez pas en cueillir plus. Et le mieux est encore de ne pas en cueillir du tout 😉

Le crocus

Fleur emblématique de nos montagnes, le crocus a formé ses corolles sous la neige et s’épanouit de sa belle fleur violette dès la fonte des neiges. Ainsi, il annonce la fin de l’hiver dans nos alpages et y ramène un peu de couleur. Il aime le soleil, ouvrant sa fleur au maximum pour attirer les insectes ; il la referme le soir ou par temps couvert.

A ne pas confondre avec la colchique des alpes dont la floraison est automnale. Autre élément pour ne pas se tromper : le crocus a 3 étamines tandis que la colchique en a 6.

Ail des ours (ail sauvage)

L’ail des ours, ou ail sauvage est une plante médicinale connue depuis bien longtemps par les botanistes, herboristes et médecins. Elle est également utilisée en cuisine en raison de ses qualités gustatives.
D’où vient son nom ? D’une croyance selon laquelle les ours mangeraient cette plante pour reprendre des forces après l’hibernation.

Avec l’odeur d’ail de ses feuilles froissées, impossible de se tromper ! Pourtant, quand on fait des cueillettes, il arrive de trouver des feuilles toxiques qui lui ressemblent. Cela dit, aucune n’a d’odeur d’ail. Un doute ? On ne ramasse pas !

De manière générale

  • Les fleurs seront toujours mieux là où elles poussent 🙂
  • Prenez les plutôt en photo pour que les autres puissent aussi les admirer
  • Certaines sont protégées et la cueillette est formellement interdite. Un doute ? On ne ramasse pas !
  • Certaines plantes et fleurs sont comestibles, d’autres non. Un espèce dangereuse pour l’homme peut fortement ressembler à une espèce comestible. Un doute ? On ne mange pas !