Couple en bivouacCouple en bivouac
©Couple en bivouac|ArtPhoto_studio-freepik
Bivouac : nos conseils pratiques !

Bivouac : nos conseils pratiques !

Bivouaquer est une expérience incroyable que nous vous conseillons de vivre au moins une fois dans votre vie. Bivouaquer, c’est bien, mais bien bivouaquer c’est mieux ! 😉
Vous trouverez ici nos conseils pratiques pour préparer votre bivouac et faire en sorte qu’il ait le moins d’impact possible sur la nature.

Publié le 9 juin 2023

Bivouac ? Camping sauvage ?

Le bivouac consiste en une halte temporaire à un endroit. La tente  est montée au coucher du soleil et démontée au lever du jour. Il n’y a pas d’installation pérenne.
A la différence du camping sauvage où la tente peut être installée pour plusieurs jours. A noter, la règlementation n’est pas la même. Dans cet article, c’est le bivouac que nous allons évoquer et non le camping sauvage.

Dans tous les cas, pensez que peu importe où vous installez votre tente, vous serez toujours chez quelqu’un !

1 Chiffres Picto Pour Topito

Bien s'équiper

Dormir sous une tente en pleine nature ne s’improvise pas. Il faut emmener le nécessaire mais en veillant à ne pas trop s’encombrer pour limiter le poids de son sac.

Le choix de votre sac sera défini en fonction de la période où vous allez bivouaquer (et donc des températures estimées). Il faut savoir que même en plein été, les nuits en montagne peuvent être fraîches.

Pour la Chartreuse, un sac « température 0°C/+5°C » est le meilleur compromis. En magasin spécialisé, deux indications sont données concernant les températures des duvets : la « température de confort » et la « température extrême ». Il vaut mieux se fier à la « température de confort ».

Astuce : vous pouvez ajouter un drap de sac (familièrement appelé « sac à viande »), qui vous permettra de gagner quelques degrés mais aussi de protéger le sac de couchage des salissures et transpirations.

pour un meilleur confort, les matelas autogonflants ou gonflables sont conseillés. Pensez à emmener un kit de réparation pour anticiper les éventuelles crevaisons.

Autre solution, utiliser un tapis de sol en mousse : increvable mais moins confortable.

Dans tous les cas, prévoyez un matelas minimum isolant pour éviter l’humidité et le froid qui remontent du sol. La R-value est l’indicateur d’isolation du matelas : plus la valeur est haute, plus le matelas isolera du froid. (R1 très peu isolante, R6, très isolant).

Attention au poids ! 😉 Ne surdimensionnez pas la taille de la tente au risque de le  regretter lors de votre randonnée. Si vous êtes deux, prévoyez une tente 2/3 personnes. Une demi-place supplémentaire permettra de garder vos affaires à l’intérieur.

Sans tente, utilisez un « sursac ». Moins lourd, il vous permettra de dormir à la belle étoile et de vous protéger de la pluie et du vent.

Les feux sont interdits sur la Réserve naturelle, sur les espaces protégés et fortement déconseillé ailleurs. Sachez qu’en altitude il faut entre 15 000 et 40 000 ans pour fabriquer 10 cm de sol. Un feu altère donc les sols pour des milliers d’années. C’est d’ailleurs comme cela que nous retrouvons la trace de nos ancêtres de la préhistoire !

Prévoir donc un réchaud, au gaz, le plus pratique. Le réchaud au bois est fortement déconseillé pour les risques incendies de plus en plus prégnants. Pour la même raison, installez votre bivouac à plus de 200m de la lisière de la forêt (article L.131-4 du code forestier).

  • Lampe frontale : vérifiez les piles avant le départ et pensez à la désactiver avant de la mettre dans le sac (pour éviter qu’elle ne s’allume par inadvertance et ne se décharge totalement)
  • Couteaux multifonctions (avec fourchette et cuillère)
  • Ustensiles pour « cuisiner », si vous avez emmener le réchaud. Nourriture lyophilisée est adaptée car légère et facile à préparer.
2 Chiffres Picto Pour Topito

Bien choisir son emplacement

Vérifier la législation sur le secteur avant de partir bivouaquer. De manière générale, le bivouac est autorisé en dehors des routes et zones urbaines, à condition d’avoir l’accord du propriétaire (article R111-32 du décret 2015-1783).

En Chartreuse, bivouac autorisé. Règlementation spécifique sur la Réserve naturelle des Hauts de Chartreuse : seul le bivouac à la belle étoile (SANS tente) est autorisé du 1er  juillet au 31 août . Autorisé avec tente en dehors de cette période.

L’herbe est précieuse, préservez-la ! Elle constitue l’aliment principal des troupeaux tout au long de l’année et est un réservoir de biodiversité.

  • En alpage, évitez la proximité des troupeaux et de vous installer au cœur de l’alpage, misez sur les lisières
  • En vallée et villages, évitez les prairies en herbe : si les troupeaux n’y sont pas c’est parce que ces prairies constituent les réserves pour l’hiver !

Si possible, placer votre camp sur une zone qui a visiblement déjà été utilisé par d’autres, ce qui permet de na pas dégrader une zone vierge. Être minimaliste avec une emprise au sol la plus restreinte possible.

3 Chiffres Picto Pour Topito

Bien monter sa tente

  • Ne pas attendre la nuit pour installer le bivouac
  • Choisir un emplacement le plus plat possible. Si ce n’est pas possible, installer la tente dans le sens de la pente (pour dormir les pieds « en bas », la tête « en haut » 😉 )
  • Enlever les pierres sur sol
  • Lorsque cela est possible, placer l’ouverture de la tente à l’abri du vent (utile pour le repas du soir)
4 Chiffres Picto Pour Topito

Ne pas laisser de traces

Les règles suivantes ne sont pas spécifiques au bivouac et sont valables pour toutes randonnées.

  • Démonter sa tente au lever du jour
  • Ramasser les déchets et détritus, même si ce ne sont pas les vôtres. La nature en sera reconnaissante. Inspectez votre lieu de bivouac avant de partir
  • Pour vos excréments : les faire à l’écart des sentiers de randonnée. Ne pas les enterrer (il faut plusieurs dizaines de milliers d’année pour que ce régénère 10cm de sol en altitude, les excréments laissés « à l’air libre » disparaitront plus rapidement que s’ils sont enterrés). Pour le papier toilette, prévoyez un ou plusieurs petits sacs pour les ramener à la poubelle la plus proche. Ne pas enterrer le papier, ne pas le bruler (pour éviter les risques d’incendie).

Être discret

En bivouaquant dans un espace naturel, vous vous installez « chez » la faune sauvage. Ne les dérangez pas, faites le moins de bruit possible (pas de musique, ni de drône). La nuit est maintenant les seuls moments où la faune peut avoir un peu de tranquillité, donc silence,  fondez-vous dans le paysage et écouter la nature !

Gérer l’eau

La Chartreuse est un massif pluvieux… mais calcaire : l’eau s’infiltre et il y en a peu en surface ! Pour la rando, mieux vaut anticiper et prévoir de quoi être autonome !

En Chartreuse, il y a quelques sources mais en cas de fortes chaleurs elles peuvent vite se tarir. Prévoyez donc le nécessaire d’eau pour la durée de la randonnée et du bivouac ou de vous ravitailler dans les villages. Remplissez votre gourde dès que vous en avez l’occasion !

Ne buvez pas l’eau d’un ruisseau directement, vous risqueriez des problèmes intestinaux, surtout si les zones au-dessus sont occupées par des troupeaux. Des solutions sont possibles pour filtrer l’eau des rivières :

  • Purification chimique (pastilles Micropur)
  • Purification mécanique (paille filtrante), permet de boire directement dans le ruisseau 😉

L’eau est précieuse et peut être rare… Pensez à emmener de l’eau et à vous hydrater régulièrement. Si vous passez près d’un abreuvoir ou d’une fontaine, laissez l’eau propre, sans savon ni crème solaire.

Il faudrait ériger le conseil de Baden-Powell en principe : ‘Lorsqu’on quitte un lieu de bivouac, prendre soin de laisser deux choses. Premièrement : rien. Deuxièmement : ses remerciements.’ L’essentiel ? Ne pas peser trop à la surface du globe.

Sylvain Tesson
Dans les forêts de Sibérie, éditions Gallimard, 2011

Astuce !

L’aventure du bivouac vous tente mais vous avez un peu peur de vous lancer ? Voici deux manières différentes de tester tranquillement, idéale pour une première expérience :

  • Bivouaquer aux « cabanes-refuges » des Reys, à St Pierre d’Entremont : situées à proximité du GR9 (son itinéraire a changé récemment, le balisage est en cours jusqu’à décembre 2023), vous pourrez y dormir au sec et voyager léger puisque l’abri (cabanes en bois) et les matelas sont déjà sur place. Vous aurez également accès à des chargeurs solaires pour les portables, des toilettes sèches et un point d’eau.
    Tarif : 40 € / nuit pour une cabane 2 personnes.

  • Découvrir le bivouac avec Thomas, accompagnateur en montagne. Après de nombreux treks à dormir dehors, c’est rapidement devenu sa spécialité. Avec lui, vous trouverez le spot idéal et pourrez bénéficier de tous ses conseils. Il peut également vous prêter le matériel.
    Tarif : 120 € / pers. (hors matériel)

 

Bon bivouac !

Fermer